Sociable

Wednesday, 19 May 2010

Vegetation in the Big Pond and a Couple of Corrections


Bog Bean (Menyanthes trifoliata) is an important plant around the Big Pond. An exclosure, made by Kevin Jones when he was doing his PhD, shows how much more bog bean there is inside it, protected from the beavers, than lives outside, where it plays a part in the beavers' rations.







Open water, some of it a channel along which the beavers swim, makes up the foreground. Further away is a bank of sedge with a feeding station, on which stripped branches of birch and willow remain. Two thirds of the way up the right side of the photograph, below that leaning birch tree, you can make out a lodge.






Mare's Tail (Hippuris vulgaris) is plentiful along the edges of the pond. I have just learned from Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Common_Mare's_Tail) that 'It has been said to absorb methane in large quantities and so to improve the air quality in the marshes where it is often found.'



I don't know how popular Mare's Tail is with beavers. It always seems to me that they are eating Horse Tail (Equisetum arvense). As beavers pull the slender asparagus like stems to their mouths, I wonder if the plants are edible to humans.

A quick look to Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Equisetum_arvense) assures me that this is so.











Jean-Pierre Choisy has sent me an email to say that his first message was precipitate and contained some errors. He has asked me to post this corrected version of his email.



«Mon cher Ramsay,



Très étonnant... pour rester poli !
Si cela peut aider votre action, je vous autorise pleinement à diffuser ce qui suit, que ce soit en français ou après l'avoir traduit en anglais (dans ce cas après relecture par moi).

Il n'existe dans le monde que deux espèces :
- Castor canadensis, néarctique ;
- Castor fiber paléarctique (Eurasie : absent en Afrique du Nord).
Sauf découvertes récentes, que j'ignorerais, bien sûr.

A la réserve ci-dessus près, opposer un prétendu Castor de Norvège à un Castor d'Eurasie est de l'incompétence taxonomique.
C'est aussi une impropriété linguistique : la Norvège serait-elle hors d'Eurasie?

Jusqu'à il y a une douzaine de milliers d'années, l'Ecosse et la Norvège étaient sous la glace, donc le Castor ne vivait que plus au sud.
C'st à partir de ces populations méridionales que l'espèce a reconquis les régions se libérant de glace, jusqu'à la Scandinavie et jusqu'à la Grande-Bretagne.

Certes, des Insectes avec de nombreuses générations par an peuvent différencier des sous-espèces dans la période écoulée depuis la fin de la dernière glaciation, voire des espèces.
Mais c'est extrêmement douteux chez un Mammifère adulte à quelques années, ne faisant qu'une seule portée par an, d'effectifs réduits.

Il est très possible, néanmoins, qu'on mette en évidence des différences de fréquence d'allèles entre les Castor fiber de diverses régions d'Europe.
En effet quand, comme Castor fiber en Europe, une espèce naguère très répandue sur une aire continue a été réduite à des populations disjointes d'effectifs très faibles, des allèles sont nécessairement perdus par chacune d'elles.
Et il n'y aucune raison que le hasard fasse que ce soit les mêmes qui survivent partout.
Phénomène de dérive génétique par goulot d'étranglement : un grand classique de la génétique des populations, bien connu des étudiants, voire des lycéens.

Il est très douteux, chez une espèce au comportement individuel aussi souple et adaptable, que des différences allèliques éventuelles puissent déterminer des différence éco-éthologiques entre populations de Castor fiber.
Eexemple : en Europe du sud, l'espèce près du gîte, des provisions en fait d'été pour l'hiver. Des individus capturés en France méditerranéenne et se comportant ainsi, relâchés dans des contrées aux hivers plus rude, ont presque aussitôt adopté la manière de vivre "nordique", avec toujours le même génome !

Telle que j'ai pu la lire évoquée sur le site Beavers at Bamff, la position de Scottish Natural Heritage relative aux Castor fiber en Ecosse, si elle ne révèle pas une volonté politique inavouée d'empêcher le retour de l'espèce, prouve une grande incompétence concernant sa biologie.

Jean-Pierre Choisy
Parc Naturel Régional du Vercors,
Biologiste, chargé de mission Faune

PS En 2009, ici, dans les Préalpes du sud, une personne a détruit un barrage de Castor vieux de plus dix ans, sur un site dont l'espèce a, par ses travaux, fortement restauré la biodiversité. Informés, les gardes de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ont dressé procès-verbal, comme ils l'auraient fait pour destruction d'un nid d'oiseau d'espèce protégée, même sans tir de ceux-ci.«

In my own introduction to Jean-Pierre I stated that he had been involved in the programme to reintroduce beavers to the tributaries of the Rhône. This was wrong. The Rhône was one of the places in western Europe where the beaver survived and where it was protected from 1906.

Here is M.Choisy's correcting message with the text I wrote:




'Jean-Pierre Choisy has been closely involved with the return of the griffon vulture, the ibex and the beaver to the mountains of the Vercors.'

«J'ai bien travaillé à la réintroduction dans le Parc Naturel Régional du Vercors du bouquetin des Alpes, du vautour fauve et du gypaète (premiers lâchers imminents).

Mais non pas sur la réintroduction du Castor, qui n'a jamais totalement disparu dans le bassin du Rhône.

Néanmoins j'ai travaillé récemment sur le Castor dans les bassins fluviaux drainant le Vercors

- bassin de la Drôme : retour spontané. Mon travail : déterminer la limite amont actuelle, préconisations pour supprimer certains obstacles artificiels, relations avec riverains ;

- bassin de l'Isère : une partie du cours de cette grande rivière et de ses affluents de rive gauche. Barrages hydro-électriques sur l'Isère empêchant la remontée spontanée. Réintroduction déjà ancienne. J'ai déterminé la limité amont actuelle concernant les marges du Vercors, préconisé des lâchers dans celui-ci et aussi des aménagements permettant de franchir les barrages«.






No comments:

Post a Comment